jeudi 14 avril 2005

Concept BeNetworked

14 04 2005

Notre Objectif est simple : garder le lien pour animer notre réseau ! BeNetvvorked est né d’un constat affligeant : il n’existe pas de réseau « post-supdeco ». Tout le monde se perd de vue, alors que nous avons tant à nous dire. Notre réseau est ce que nous voulons en faire.

BeNetvvorked vous permet entre autres :

D’avoir quelques nouvelles de vos anciens camarades de classe, d’échanger sur vos expériences : beaucoup d’entre nous ont le même métier : BeNetvvorked facilite les flux d’infos : boulot, adresses... De même, les étudiants actuels ont besoin de stages ou de retours sur les différentes spécialités ou branches, aidons-les !

Il ne s’agit pas de retomber dans nos vies d’étudiants mais bien de développer l’influence des Nouveaux et Futurs anciens de l’ESC Toulouse.

BeNetvvorked est un site communautaire qui se veut une source d’information pour les anciens de l’ESC Toulouse. BeNetvvorked c’est un outil informel pour nous rassembler et nous aider à progresser !

Histoire du Network

14 04 2005

Il était une fois quelques futurs « Euro Top Managers », ils étaient à l’aube de leur statut de post-stagiaires, et avaient envie de savoir ce que devenaient leurs valeureux compagnons d’apéro et d’apprentissage.

Navrés de voir que la source du lien qui les unissait se tarissait, ils décidèrent de prendre les choses à bras le corps. Car quelque chose n’allait pas...

Ils se souvenaient des anciens qui les avaient accueilli lorsqu’ils étaient arrivés en 1A ou en AP2, mais ils n’avaient plus de nouvelles.

Ils avaient gardé au fond du coeur un attachement intrinsèque à leurs groupes de SIMITALI, MSS, RAS, SESAME, et autre GAP... Mais ils n’avaient toujours pas de nouvelles.

Ils avaient même une pensée émue pour ceux qui s’étaient engagés après eux sur le dur chemin des assoces, ceux qui s’étaient exilés en double diplôme ou en césure, et au delà, ceux qui étaient restés au banc de la sacro-sainte famille sup2co. Mais ils n’avaient, là encore, pas de nouvelles.

Il ne s’agissait pas de tomber dans une nostalgie malsaine qui les aurait réduits à une bande de pauvres types dont la vie se serait arrêtée aux portes du 20 Boulevard Lascrosses.

Bien au contraire... De ces trois ou quatre années qu’ils avaient partagées, ils voulaient faire une force !