mer 13 sep 2006

Interview de Patrice Malaurie, co-fondateur de JobMeeters

13 09 2006

Vous avez sans doute remarqué la bannière mettant en avant Jobmeeters située à gauche de cette page. Peut-être vous demandez-vous encore à quoi cela correspond? Le principe de JobMeeters est relativement simple: faire du recrutement un processus simple dans lequel tout le monde gagne, à savoir l'employeur, l'employé(e) et la personne vous recommandant, car JobMeeters incite tout particulièrement sur la notion de cooptation. Vous vous demandez encore à quoi cela correspond? L'interview de Patrice Malaurie, co-fondateur de l'entreprise, répond à nos questions:

Patrice, votre parcours est assez atypique. Pouvez-vous me le présenter?

Après une formation de masseur kinésithérapeute, j’ai débuté en 90 comme recruteur dans une agence de travail temporaire Adia. Au sein de cette société, quasi familiale à l’époque, j’ai développé un outil d’analyse de poste « le Scanner » puis j’ai évolué rapidement vers des fonctions d’animation de secteur puis régionale. Suite à la fusion avec le groupe Adecco, j’ai créé le poste de Responsable Qualité et Méthodes de recrutement et participé au déploiement du logiciel Européen de gestion des ressources humaines intérimaires. Enfin, j’ai intégré la DRH et travaillé sur les problématiques de discrimination, illettrisme et VAE. Avant de créer JobMeeters, j’ai travaillé 2 ans comme consultant RH auprès du réseau de distributeurs d’un constructeur automobile allemand.

Vous avez co-fondé JobMeeters. Pouvez-vous me présenter l'entreprise et le concept?

JobMeeters est le résultat d’une rencontre entre 5 personnes qui se sont connues grâce aux blogs et qui partagent les mêmes convictions en matière de recrutement. Le constat étant d’une part que le e-recrutement n’a pas évolué depuis 10 ans et d’autre part qu’il génère toujours autant de frustrations tant pour les recruteurs que les candidats. Nous avons donc souhaité apporter « notre pierre » à la nouvelle vague du e-recrutement sur le sourcing, la qualification, la communication et le management des talents.

Concernant JobMeeters nous avons porté sur internet une pratique courante dans le recrutement, la cooptation, en la rendant plus transparente, efficace et équitable.

Pour chaque annonce parue sur JobMeeters, chacun peut recommander au recruteur une de ses connaissances. Pour chaque succès, le coopteur est rémunéré par le recruteur pour avoir chassé les talents dans son portefeuille relationnel.

L’évaluation par le recruteur du dossier coopté impacte un « label de réputation » du coopteur ce qui responsabilise chacun et augmente la qualité des cooptations.

Il est possible aussi de postuler, en revanche il vous faudra trouver dans vos relations quelqu’un qui saura vous recommander auprès du recruteur (ancien employeur, professeur…).

La cooptation n’est qu’une partie du projet, beaucoup de choses à venir d’ici 2007…

Vous m'aviez parlé début Juillet de votre volonté d'exporter le concept JobMeeters, au UK notamment. Qu'en est-il aujourd'hui? Et quels sont les nouveaux développements prévus pour votre entreprise?

Nous étions présents en juin au salon OnRec à Londres pour rechercher des partenaires de lancement du site en Grande Bretagne, des discussions sont en cours… Les prochains développements fonctionnels concerneront l’évaluation des candidatures en ligne ainsi qu’une partie « vitrine des talents » (mais chuuut… !) Actuellement nous développons aussi pour des grands comptes des « JobMeeters privatifs » sur mesure.

N'avez-vous pas peur que des sites comme Viaduc, OpenBC, 6nergies ou LinkedIn viennent concurrencer directement votre modèle?

Je ne sais pas qui a peur des autres ! Je suis co-modérateur du forum emploi de OpenBC et anime un groupe d’échange à la prochaine soirée 6nergies, ces 2 plateformes ont bien compris l’intérêt d’un partenariat, les 2 autres n’ont pas répondu à nos mails… Plus sérieusement, ce sont des plateformes de mise en relation « business », le recrutement n’est qu’une petite partie de leur activité, en revanche c’est notre cœur de métier.

D'une manière plus générale, quelle sera, selon vous, la place du web 2.0 dans les processus de recrutement de demain?

Je pense que nous allons voir fleurir des pratiques différentes : les blogs sont entrain de fédérer des communautés puissantes en terme de communication. Le e-bouche à oreille devrait devenir prépondérant dans le recrutement. Les processus de recrutement opaques de certaines entreprises et le peu de scrupules de certains recruteurs vont devenir de « notoriété publique ».

Il me semble aussi que nous devrions voir de plus en plus de recruteurs « e-chasseurs » très spécialisés qui navigueront au sein des communautés qu’ils connaissent : soignez votre identité numérique !