jeu 3 nov 2005

Petit guide des erreurs à éviter dans un process de recrutement (4ème partie : l’entretien de recrutement).

03 11 2005

RecrutementUn consultant ou une entreprise viennent de vous appeler pour prendre rendez-vous. Vous avez préparé votre entretien (voir Conseil n°4 : La préparation de l’entretien de recrutement ). Vous êtes presque prêt !
Vous n’avez qu’une seule occasion de laisser une bonne première impression : ne la gâchez pas ! Conseils de Pro par Jacques Froissant :

Quelques derniers éléments de préparation :

  • soignez votre présentation en gardant en tête deux principes : être à l’aise dans vos vêtements, et être en phase avec votre interlocuteur (classique avec un cabinet, possibilité d’être plus cool avec un recruteur entreprise, mais attention vous ne prenez jamais de risques avec une tenue classique !).
  • soyez à l’heure : Expérience vécue quasiment tous les jours le coup de fil du candidat en retard (Où trouver un parking dans votre quartier ? Je ne vous trouve pas au 8 (normal on est au 5 !). Je ne pensais pas que votre rue était si longue je suis au n°250,…). Repérez adresse et parking avant sur un plan, choisissez la solution la plus fiable (le Metro dans Paris souvent), demandez des précisions du type code ou étage. Au besoin rappelez une assistante pour être sur.
  • Munissez vous de la copie du CV envoyé au recruteur, du descriptif de poste, et d’un bloc note. Prendre des notes est une marque d’attention à votre interlocuteur. Votre bloc note peut vous servir de mémo pour votre présentation, et inclure les points essentiels que vous souhaitez éclaircir sur le poste (ne tombez pas non plus dans l’interrogatoire systématique qui tourne au remplissage de questionnaire !).

La préparation « psychologique » :

Comme un sportif avant un match, vous allez chercher à vous motiver et vous mettre dans de bonnes conditions. Vous allez donc vous appuyer sur des éléments maîtrisés (votre CV et votre préparation = votre entraînement) et sur une certitude : il y a des points qui ont nécessairement motivés votre interlocuteur à vous rencontrer.

Gardez le en tête, mais sachez également que le recruteur va vous évaluer maintenant sur des critères objectifs (en éclaircissant des points de votre CV, votre maîtrise technique,…) et beaucoup sur des critères plus subjectifs (personnalité, feeling par rapport à son équipe, le style de l’entreprise,…).

Une règle absolue : soyez vous même, ayez confiance et exprimez vous !

En général, l’entretien classique se compose de 2 parties :

  • Votre présentation (formation, expériences et motivations) : à vous d’être convaincant sur vos compétences et votre motivation.
  • Une présentation de l’entreprise et du poste par le recruteur : c’est l’occasion de poser vos questions et de montrer votre valeur ajoutée.

N’oubliez pas que l’entretien est un moment d’échange équilibré entre vous et le recruteur : à vous de vérifier que le poste proposé correspond bien à vos attentes; au recruteur de vérifier que vous correspondez au poste.

Les différentes phases :

  • La prise de contact (le recruteur vient vous chercher) : poignée de main franche, regard direct, pas de commentaires bateaux (genre ils sont beaux vos bureaux, il est rapide votre ascenseur, c’est une vraie galère de se garer dans votre quartier,…), mettez vous à l’aise (on peut enlever son manteau !, voire sa veste si votre interlocuteur fait de même), une fois installé occupez l’espace (sortir votre bloc, un stylo,…) et détendez vous (ou en tous cas essayez !). Prenez votre territoire : le fait d’avoir devant soi son bloc, son plan de préparation à l’entretien, ses questions, son stylo,… sont autant d’outils familiers qui sont des points d’ancrage pour vous.
  • L’introduction du recruteur : chercher à valider le temps consacré, ses attentes. II a souhaité vous rencontrer donc il y a des éléments qui lui ont plu dans votre CV. N’hésitez pas à lui demander ! (Quels sont les éléments qui ont retenus votre attention dans mon parcours ? Souhaitez vous que je développe un ou des points particuliers ?) Rare sont les candidats qui le font, mais cela peut être un pont de départ très favorable pour démarrer votre présentation.
  • Votre présentation : 10 minutes maxi (facile à tenir puisque vous vous êtes entraîné !), évitez la relecture du CV, sachez prendre du recul, synthétisez vos expériences, pensez bénéfices retirés pour vous / valeur ajoutée apportée à votre employeur, amenez le recruteur sur votre terrain en le laissant vous demander des précisions.
  • Les questions du recruteur : il va chercher des précisions (soyez précis dans les chiffres, d’un entretien à l’autre nous voyons régulièrement des candidats qui évoluent dans les données annoncées), vérifier des infos en recoupant avec ce que vous avez dit précédemment ou en se servant de sa connaissance du métier (du genre : votre patron c’était qui ? / Ah je croyais que c’était Mr Untel le DC de votre société / Oui mais …), et éventuellement vous pousser pour voir comment vous réagissez sous pression.
  • L’échange : profitez de toutes les occasions laissées pour rebondir en posant une question et établir le dialogue (par exemple : Dans votre métier actuel quel est le cycle de vente ? / …c’est un cycle long d’environ 6 mois. Et justement dans la société X comment cela se passe t’il ?). Un recruteur se fait aussi son opinion à travers les questions posées et par votre gestion de l’entretien (en particulier sur des postes de management ou commerciaux). Au fil de l’entretien c’est vous qui posez les questions et montrez que vous cherchez vraiment à qualifier ce que pourrait être votre futur emploi.
  • La conclusion : Attention, elle est bâclée par 90 % des candidats rencontrés ! C’est un moment important surtout pour un poste commercial (Qui a envie de recruter un commercial qui ne « close » pas ?). Dans tous les cas de figure, demandez à votre interlocuteur ce qu’il pense de votre candidature. Cherchez à cerner des doutes éventuels pour y répondre immédiatement (un de mes clients exprime toujours des doutes pour voir si le candidat se bat ou laisse tomber). Quels sont les prochaines étapes ? Qui rappelle ? Quand ? Puis je vous rappelez sur une ligne directe si j’ai d’autres questions ? …

Quelques autres maladresses classiques à éviter :

  • ne pas saisir les perches tendues : Par exemple : « Votre manager chez X c’était monsieur Untel ? » ( Le recruteur en étant aussi précis a toutes les chances de le connaître, rebondissez donc en lui demandant si il le connaît, dans quel cadre, …).
  • se concentrer sur une seule personne en cas d’entretien à plusieurs interlocuteurs : même si un seul gère l’entretien et mène le débat, il faut faire l’effort de s’adresser à tous.
  • réciter son CV : effet catastrophique sur votre interlocuteur garanti
  • développer une première expérience de 2 ans en 10 mn et présenter les 10 ans qui suivent en 5 ! : comme pour le CV attention à l’équilibre de votre présentation
  • critiquer son ancien employeur : génère tout de suite des interrogations négatives chez votre interlocuteur
  • soulignez que vous n’avez pas de chance (fermeture d’une filiale, licenciement économique, accident, mutation de mon conjoint,…) : cela peut arriver mais attention à ce que le recruteur ne se dise pas que vous portez malheur !
  • porter des jugements de valeur : « Vous : Vous faites 20% de croissance ? C’est très bien ! Recruteur : Non, l’objectif était de 40% » « Vous : Les anglais sont toujours hypocrites dans leurs relations. Recruteur : Ah bon, ma femme est anglaise, il faut que je vérifie ! »

Photographie: Matt Williams